/image/08/7/308_r_hybrid.22087.jpg

MOTORISATION ULTRA PERFORMANTE

"Seules notre passion pour les défis et l’excellence de la 308 autorisent d’atteindre un tel niveau de performances sur un véhicule du segment C."

DÉVELOPPÉE PAR PEUGEOT SPORT

PEUGEOT Sport a fait appel à son expertise technique et son palmarès en compétition pour déterminer les caractéristiques des composants et leur emplacement idéal. La chaîne de traction réunit ainsi trois sources de puissance pouvant motoriser le véhicule indépendamment les unes des autres :
- le 4-cylindres essence 1.6L THP 270 S&S, moteur à la puissance spécifique la plus élevée au monde pour cette cylindrée
- une machine électrique, d’une puissance de 85 kW / 115 ch, reliée à la boîte de vitesse à 6 rapports
- une machine électrique, de mêmes caractéristiques, sur le train arrière.

Pour garantir un comportement dynamique irréprochable, les masses sont recentrées et abaissées au maximum. La batterie Lithium-Ion de 3 kWh à l’excellent ratio puissance/compacité est disposée sous les sièges arrière à la place du réservoir d’essence. D’un volume de 50 litres, celui-ci se trouve désormais implanté dans le coffre et coiffe la machine électrique arrière et les deux transformateurs. Dans leur quête de la perfection, les ingénieurs de PEUGEOT Sport ont revu la conception du fond du réservoir afin qu’il épouse au plus près les éléments techniques. Ce sont ainsi quelques millimètres supplémentaires gagnés en hauteur au bénéfice de la performance. 

Le comportement dynamique de PEUGEOT 308 R HYbrid est redoutable, notamment en sortie de virage grâce à la transmission intégrale. Le système de freinage est à la hauteur des performances avec, à l’avant, des disques ventilés de 380 mm de diamètre pincés par quatre pistons et, à l’arrière, des disques de 290 mm. Cependant, ils ne sont pas utilisés lors de tous les freinages.
En effet, PEUGEOT Sport a développé la chaîne de traction pour décélérer à l’aide des machines électriques sur l’intégralité de la plage de vitesse, c’est-à-dire depuis 250 km/h. Outre de préserver disques et plaquettes, ce freinage récupératif est l’une des trois solutions pour recharger la batterie.