/image/36/0/peugeot-onyx-concept-home.44329.186360.jpg

MOTEUR 3.7 V8 HDi FAP HYbrid4

/image/37/7/peugeot-onyx-concept-motor-600.44348.186377.jpg

L’ossature de la voiture est une pièce innovante, développée grâce au savoir-faire de Peugeot Sport et de la Direction de la Recherche et du Développement du Groupe.

En carbone monolithique, cette structure centrale est constituée de seulement 12 pièces. Elle intègre les brancards  avant et arrière, ce qui permet de supprimer les platines rapportées. La raideur torsionnelle et la masse de la structure sont alors optimisées, cette dernière étant mesurée à 100 kg à peine.

Boulonnés à la coque en carbone, le moteur V8 hybride HDi FAP de 3,7l et les trains roulants sont empreints de l’expérience de Peugeot Sport, acquise et validée sur les pistes du monde entier.

Refroidi par des conduits prenant naissance sur le pavillon via des prises NACA, le V8 transmet ses 600 ch aux roues arrière via une boîte séquentielle à 6 rapports.

Cette puissance exploite idéalement des proportions compactes : 4,65m de long, 2,20m de large, 1,13m de haut, 1.100 kg…
Chaussées de pneumatiques spécialement développés par Michelin, en 275/30 à l’avant et 345/30 à l’arrière, les jantes de 20" voient leur moyeu maintenu à la structure par une double triangulation et une suspension in-board, à l’avant et à l’arrière.

Intelligente, la technologie HYbrid4 récupère l’énergie cinétique normalement perdue durant les phases de freinage. Stockée dans des batteries lithium-ion, cette énergie est ensuite restituée automatiquement lors des accélérations, boostant la puissance de 80 ch supplémentaires. La gestion de cette fonction est transparente pour le conducteur, comme celle du moteur qui a représenté un véritable défi. Les motoristes ont en effet eu à rendre exploitable sur route un moteur qui, en compétition, fonctionne dans une plage extrême.

Avec moins de 2 kg par cheval, Onyx atteint les hautes performances sans altérer la pureté et l’élégance de son style. Pour cela, Onyx est équipé d’un fond plat en carbone, qui crée un puissant effet de sol. Ainsi, les éléments aérodynamiques ont pu être limités au strict minimum, par des extensions de la structure en carbone et par l’aileron mobile, qui charge le train arrière lors des phases de freinage. Celui-ci est assuré par quatre disques carbone de 380 mm à l’avant et 355 mm à l’arrière.