Evitez la somnolence au volant avec nos conseils d'experts

Somnolence

A quelques jours des départs en vacances de printemps, la « to do list » s’allonge : achat de jeux pour les plus jeunes, encas, crème solaire pour les chanceux, vérification des pneus ou du niveau d’huile. Attention, toutefois, à ne pas oublier le fameux coup de barre sur la route, plus communément appelé somnolence au volant, une des principales causes des accidents de la route.

Les beaux jours approchent avec leurs journées plus longues et leurs températures plus clémentes. Ils incitent donc aux voyages ou, au moins, à des déplacements sur de plus longues distances. Ces derniers demandent un peu d’attention à la fois concernant l’état de la voiture et la vigilance du conducteur.
En effet, les premiers trajets de plus d’une centaine de kilomètres vont demander un peu de méthode pour éviter la monotonie des longs parcours, et ce tout particulièrement sur autoroute.

Des technologies de plus en plus pointues

Somnolence

Désormais, les technologies embarquées à bord des voitures permettent de limiter les conséquences d’un éventuel assoupissement. Cela commence par un système d’avertissement lié au temps de conduite.
Les dernières Peugeot, 3008, 5008, 308,  508 et la nouvelle 208 en sont équipées. Au-delà de deux heures de conduite ininterrompues à une vitesse supérieure à 65km/h, une alerte visuelle et sonore vous invite à effectuer une pause.

De plus, la qualité de la trajectoire du véhicule est analysée par la caméra située en haut de pare-brise. Celle-ci communique avec un système qui évalue l'état de vigilance du conducteur en identifiant les écarts de trajectoire par rapport aux marquages au sol. En cas de nécessité, plusieurs niveaux d’alertes sonores et visuelles peuvent alors être déclenchés. Des messages tels que  « Soyez vigilant ! » ou « Faites une pause! » sont affichés sur le tableau de bord.

Pour les plus distraits, l’Alerte active de franchissement involontaire de Ligne veille (en option). Dès que le système identifie un risque de franchissement involontaire d’une des lignes de marquage au sol détectées, la direction corrige progressivement afin de maintenir le véhicule dans sa voie initiale. Bien entendu, ce système est désactivé chaque fois que le conducteur manifeste son intention de changer de file en activant préalablement le clignotant.

Penser à anticiper

Reste les essentiels qu’il n’est pas superflu de rappeler. Une bonne nuit de sommeil permettra d’aborder le trajet de manière à la fois plus attentive et détendue. Faites attention aux signes avant-coureur : les yeux qui piquent, la tête lourde ou la nécessité de corriger la trajectoire de la voiture sont à prendre en considération. Une pause de 15 à 20 minutes au minimum toutes les deux heures au minimum s'impose. La nuit, période propice à la somnolence, il ne faut pas hésiter à s'arrêter plus fréquemment.